Top 10 des clients atypiques en Grande Distribution

http://www.facebook.com/plugins/like.php?href=http://www.jebosseengrandedistribution.com/2012/02/top-10-des-clients-atypiques.html&layout=button_count&show_faces=false&width=150&action=like&colorscheme=light

!function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0],p=/^http:/.test(d.location)?’http’:’https’;if(!d.getElementById(id)){js=d.createElement(s);js.id=id;js.src=p+’://platform.twitter.com/widgets.js’;fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document, ‘script’, ‘twitter-wjs’);
En magasin, on croise tous des clients plus ou moins atypiques. Tour d’horizon de ceux que l’on peut rencontrer :

1. Le matinal

Lui il est là avant l’ouverture du magasin. Tous les jours. Premier entré. Premier sorti. Il parcours le magasin avec la fâcheuse intention d’en finir le plus rapidement possible avec cette corvée de faire ses courses.

2. Le lecteur

Le rayon presse est son rayon préféré. Il parcourt de A à Z le quotidien local. Jamais il ne songera à l’acheter. Sa présence journalière est quasi systématique.

3. Le fidèle

Il ne fait ses courses QUE dans un magasin. Le VÔTRE. Il connaît tout le monde. Enfin c’est ce qu’il croit. Le magasin est sa résidence secondaire et n’a plus de secret pour lui, si bien qu’il s’autorise tout et n’importe quoi.

4. Le p’tit jeune

Il est jeune. Pas plus haut que trois pommes. Il n’a pas d’argent sur lui, ou presque. Il passe son temps à flâner dans le rayon confiserie et parfumerie. Baskets flashis, survet coloré, il se croit discret, si bien qu’il est convaincu de ne pas avoir perturber la vigilance du vigil, ni même des caméras de sécurité.

5. L’assistée ou la p’tite vieille

Elle se promène. Et le revendique. Faire ses courses est LA sortie de la semaine. Aucune raison d’y échapper. Habituée du magasin, elle vous interroge sans cesse pour un renseignement : «Où est ceci ? Où est cela ?». En option, elle vous demandera peut-être un jour de faire ses courses à sa place.

6. L’impoli

On en trouve une pléthore en magasin. Masculin de préférence, faire les courses est pour lui un fait rare. Tellement rare, qu’il en oubli même les règles dictées par la société. Exit les «Bonjours», les «pardons», les «excusez-moi»… 

7. Le rôdeur

Il est timide et manque probablement de confiance en soi. Il cherche un produit depuis une bonne dizaine de minutes mais se refuse à aller demander à un vendeur une aide précieuse qui pourrait le faire gagner du temps. Non. Il préfère attendre en espérant croiser votre regard.

8. Les commères

Eh oui au pluriel, car accessoirement, elles sont deux. Voire trois. Faire ses courses représente pour elles le liant social tant espéré de la semaine. Entre deux rayons, c’est l’occasion de revoir des vieilles connaissances. Elles viennent papoter de tout et de rien, enfin surtout de tout en ayant l’air de rien, et rester parfois pendant de longues minutes dans les rayons, croyant sans doute qu’elles sont les seules au monde.

9. La mère de famille

C’est une aventurière. Elle rempli deux missions : charger le caddie et endiguer tant bien que mal les pleurs de son gamin qui s’est vu refuser l’achat d’un Kinder surprise. Triste vie. Faire ses courses devient dès lors, un vrai parcours du combattant.

10. L’entêté

Sa boîte de cirage qu’il achète une fois tous les 10 ans : il lui la faut. Ceci étant, l’évolution marketing est allé plus vite que lui : il se sent perdu si le nom sur le packaging n’est pas le même qu’il y a 10 ans. Vous pouvez toujours vous entêter à lui vendre un produit similaire et lui dire que ce produit n’existe plus – en tout cas plus sous cette forme -, mais il refusera de l’admettre.


D’autres idées ?



Publicités

9 commentaires

  1. Autre idée : celui qui est 2 de tensions
    celui qui est en plein milieu du rayon mais refuse à bouger du chemin malgré les « pardons excusez moi »
    Celui qui (ça m'est arrivé) sort un billet de 500 euros juste pour deux articles.
    Celui qui commence à poser ses articles sur le tapis mais se rend compte qu'il a oublié des articles donc continue ses achats et bloque tout le monde !^
    voilaa 🙂 quel plaisir de faire ses courses (ou pas –' )

    J'aime

  2. Le paresseux : sa femme lui a fait une liste et il est perdu. Du coup, au lieu de chercher un peu, il va réquisitionner le 1er (malheureux) vendeur sur son chemin et va lui demander où il peut trouver telle ou telle chose… il fait mine de partir une fois le renseignement obtenu et revient à la charge une seconde plus tard en pointant généralement un ou deux doigts en l'air « ah et oui j'oubliais : et ça, vous savez où je peux le trouver ? ». Il répétera l'opération jusqu'à ce que le vendeur trouve une solution pour prendre poliment congé.

    L'indécis : Il va rester pendant des heures devant le rayon sandwich/salades car il ne sait pas vraiment quoi manger ce midi… généralement, un petit attroupement se forme, rendant la tâche plus compliquée pour les « chercheurs » suivants.

    L'explorateur : Un peu pareil que l'indécis, mais rayon chocolat : il bave devant toutes ces tablettes, ces marques, ces mélanges… un peu paumé au début, il se met à imaginer toutes les folies (banane/chocolat blanc/myrtille ?) et repart finalement… avec une tablette chocolat au lait MD en ayant vu les prix.

    Le client du soir (opposé du matinal) : il arrive à 19H15 alors que le magasin ferme à 19H30. Il a juste un pot de mayo à acheter, mais il ne comprend pas pourquoi les portes automatiques ne s'ouvrent pas : il reste 15 minutes pourtant ?

    J'aime

  3. Oh, et j'ai oublié l'emmerdeuse…

    … Celle qui va chercher ses tickets de réductions en caisse, qui aura pris un produit sans code barre… et qui au final va payer par chèque… testé et désapprouvé, j'ai changé de caisse et j'ai suivi ça de loin… même avec 3 personnes devant moi je suis sorti avant elle.

    Et je sais ce que ressent la caissière : parfois ça énerve, mais parfois ça fait une petite pause dans le « rush ».

    Bref, il y a tellement de « cas » possibles. La vente reste un beau métier, mais on voit de tout… j'ai peur parfois.

    J'aime

  4. La rageux : Il ne connait pas le magasin, ça l'obsède et le rend aveugle. Il jure pour qui veut l'entendre que ce fichu rayon qu'il ne trouve pas n'est pas à la bonne place. Bien entendu il est certain que la disposition du magasin est tout à fait illogique.
    On m'a déjà dit : « Sérieux ,vous n'avez pas de rayon Yaourt??!! » En général je répond que je réponds avec un large sourire « Bien sûr que si monsieur, vous êtes passé devant » et le guide vers sa délivrance.

    J'aime

  5. Bonjour et belle Année 2013 ! Je suis en ce moment même sur la finalisation d'un module de formation de type BD sur les typologies client … Serais-tu ok pour que je te pique quelques profils ? Bien cordialement !

    Isabelle

    J'aime

  6. Des emmerdeuses, il en existe beaucoup de sortes^^. Notamment celle qui pose systématiquement quelques articles au bout de la caisse, qui retourne chercher un autre produit, qu'elle laissera avec les premiers, puis ira chercher encore un nouveau je-ne-sais-quoi, etc… (et sans se dépêcher surtout).On a beau lui expliquer qu'elle ne doit pas laisser son bazar en caisse mais qu'elle doit prendre un panier, rien à faire, elle nous fait le coup à chaque fois qu'elle vient!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s