Le Drive : d’abord un gain de temps

Une étude a récemment mis en exergue les principales motivations des e-acheteurs. 

A la question «pour quelles raisons faîtes-vous des courses en drive ?», ils seraient 88% à le faire dans une logique de gain de temps. Ce n’est pas réellement une surprise. Le manque de temps est le fléau moderne du capitalisme. Entre vie professionnelle, privée et associative, difficile en effet de trouver du temps pour faire ses courses. C’est indéniablement dans ce contexte que le Drive a vu sa cote croître.
Ensuite, plus de la moitié d’entre eux (56%) affirment vouloir être moins tentés par les opérations commerciales. Il est évident que le e-commerce permet d’acheter ce que les clients appellent le «juste nécessaire». Exit ainsi les achats d’impulsions ! C’est là que le e-merchandising a probablement un coup à jouer à l’avenir. La stratégie des enseignes devrait s’y reposer assez rapidement. 
De plus, un tier (36%) d’entre eux voit le drive comme un moyen ludique pour «déléguer» aux enseignes le transport des produits lourd encombrants. Un «plus» évident pour les familles nombreuses qui contournent les nombreuses manipulations du produit : du rayon au caddie, du caddie au tapis roulant de la caisse, de la caisse au caddie, du caddie au coffre de la voiture, du coffre de la voiture au placard. 5 manipulations seulement pour un produit. C’est bien trop avouons-le.
Enfin, ils sont aussi 32% a vouloir se décharger des courses qu’ils considèrent comme une corvée. Ils sont peu à admettre que cela constitue un plaisir de faire ses courses. Selon la même étude, les clients seraient un tier seulement à avouer que les courses étaient un moment agréable. 
Praticité. Commodité. Rapidité. Trois mots qui résument le succès du Drive auprès du client. Trois mots qui mériteraient toutefois d’être accompagnés par deux autres mots : Choix (pour élargir les assortiments), et, Efficacité (réduire les erreurs et les ruptures en rayon).
Source : Segments


Publicités

Un commentaire

  1. Bonjour,

    Il est vrai que le « drive » apporte un gain de temps non négligeable mais il est toujours assez pénible et fastidieux de faire ses courses sur internet comme dans le magasin, le temps de choisir les articles, comparer les prix et la qualité entre les produits, faire sa liste de course… Ces problèmes persistent toujours malgré ces avancés pourtant je suis persuadé que ces problèmes sont exclusivement d'ordre technique. Je m'explique en tant que développeur application web je sais que si les grandes distributions fournissez une API (c'est à dire une interface programmable pour accéder à leurs produits et faire des commandes, quelque chose de très commun de nos jours dans d'autre secteurs), il devient facile de créer des applications pour répondre à ces problématiques. Ainsi on verra apparaître une multiplication des applications web et mobile pour vendre leurs produits de façon plus personnalisée ou originale tout ça sans débourser un seul euro puisque des développeurs web vont créer ces applications dans l'espoir de les monétiser. En tant que professionnel du secteur pensez-vous que les grandes distributions aient comprit les bénéfices de fournir une API? Pour l'instant j'ai observé que les grandes distributions ne disposaient pas APIs public donc je pense qu'elles ne sont averties par ce genre opportunité. Qu'en pensez-vous?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s