Le Drive : le cas Leclerc

Troisième article de la série consacré au Drive. Aujourd’hui, après Système U, évoquons le cas Leclerc. 

Figurant parmi les précurseurs et étant l’enseigne qui a osé investir très rapidement sur le e-commerce, il eût été dommageable de ne pas consacrer un article au leader des indépendants : Leclerc. Avec en effet plus de 80 millions d’euros de chiffre d’affaires sur le mois Juin et déjà plus 1,5 millions d’inscrits, la manne dont dispose l’enseigne semble aujourd’hui la plus avancée comparée à ses concurrents. Tour d’horizon chiffré du potentiel.
À ce jour, Leclerc comptabilise pas moins de 206 Drives (au 30 juin 2012). La SCAPEST (31 Drives) et la SCARMOR (30) font figure de proue du navire de Michel-Edouard. Et le rythme ne semble pas freiner. Au contraire. 13 Drives ont ouvert leurs bornes le mois dernier. 7 d’entre eux sont qualifiés de déportés. Noter que ces derniers sont nettement préférés au picking en magasin. Une manière de dissocier les ventes du point de vente physique du virtuel.
Parmi les rayons à succès, l’épicerie sucrée (12% du panier) salée (8%) et les boissons sans alcools (8%) virent en tête. Les produits frais cumulés représentent malgré tout environ 40% d’un panier moyen. 
Les clients sont plus nombreux chaque mois. La barre des 1 millions ayant été dépassé en novembre dernier, elle poursuit sa progression : +5% le mois dernier soit près de 75 000 nouveaux «consonautes».
Une présence sur le mobile est aussi à signaler. Le m-commerce (voir aussi) représente l’avenir pour les enseignes. Certaines ne voudraient pas une nouvelle fois voir passer le train. À bon entendeur. L’application Iphone aurait été téléchargé plus de 260000 fois ; sur Android cela s’élève à environ 75000. La présence sur les réseaux sociaux n’est pas en reste. Sur facebook, la page atteint à ce jour plus de 43000 fans.
Mais derrière tous ces bons chiffres, il se cache évidemment un hic : le nombre de références. Leclerc en a fait sa stratégie, de manière à privilégier certainement la construction de Drives déportés. Plus de la moitié des clients le réclame, mais ils ne sont pas insatisfait pour autant. 
Alors que d’anciens «Lecleristes» prédisait un avenir morose à l’enseigne, il semblerait que ces derniers aient passé plus de temps à réfléchir aux autres plutôt que de penser aux solutions de demain. Les 53 semaines d’évolutions consécutives – un record – du chiffre d’affaires semblent le démontrer. Sur le chemin du Drive, Leclerc trace sa route.


Dans la même série :
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s