La France : Le pays du temps libre !

Dorénavant, découvrez l’humeur du mois. Un billet d’humeur sur l’actualité en général et mon regard sur les évènements qui m’entoure. Ce mois-ci, ce billet est intitulé La France : Le pays du temps libre

Le travail. Un mot tellement important qu’on y consacre une bonne partie de nos semaines – de nos vies pardi ! Tellement important que cela semble peser obsessionnellement sur le moral. Un sondage m’intéresserait vivement : combien associent travail à contrainte ? Combien l’associent à plaisir ?
Souvenez-vous. C’est un peu comme quand on parle de devoirs aux enfants sur les bancs de l’école. Dès le plus jeune âge en effet, les devoirs apparaissent comme des parasites qui viennent nous piquer notre temps libre. Notre plaisir à nous. Lire un bouquin par exemple est devenu pour une majorité d’entre eux une hérésie et s’apparente à un spasme contre la liberté. Lire revêt l’aspect d’une obligation. Un mot qui fait parti du vocabulaire de beaucoup… Voilà une des tristes traces de ce qu’on nous apprend à l’école. C’est pourquoi aujourd’hui nous nous complaisons devant la sous-culture et l’inaction. La faute à qui ?
Et depuis le plus jeune âge, on vit sous la contrainte. Avec ce mot en tête qui résonne et qui claque des doigts. Qui claque tellement fort. Si bien que pour se mettre dans le rythme, certains se tournent les pouces pour suivre la mélodie. Et c’est ainsi que depuis la société s’enorgueillis à ne rien faire. 
La France pays du temps libre. C’est un fait. Ça l’est devenue. Les 35h entre autres ont valu – hormis quelques débats tumultueux politico-syndicaux-sociaux – le freinage lent des évolutions de nos habitudes face au travail. On s’accoutume de rien. 1h de plus (oups, que dis-je, 5 minutes même !) équivaut à toute les peines du monde. L’heure de la débauche reste l’heure, et malheur à celui qui restera le plus longtemps.
La France forme des assistés et cultive l’art des anti-autonomes qui demain ne prendront plus la peine d’agir de leur propre initiative ou de décider seul. La France forme des gens qui bossent pour un système pour lequel ils sont convaincu qu’il est tronqué. La France forme des gens qui omettent de travailler pour eux, pour la reconnaissance et l’enrichissement de leur compétences. La France est en train de former de simple exécutants à la tâche. Des missionnaires qui font que ce pays sera sans doute la Chine de demain. Langsam aber sicher. Certainement comprendront.
Le changement – n’en déplaise à François Hollande – n’est sans doute pas pour maintenant. Ni demain. Et encore moins la semaine prochaine. Ba oui, nos gourvernants rentrent seulement de vacances alors qu’une pile de dossiers importants les attendent…

Advertisements

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s