Journée type d’un manager de rayon PGC

!function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0],p=/^http:/.test(d.location)?’http’:’https’;if(!d.getElementById(id)){js=d.createElement(s);js.id=id;js.src=p+’://platform.twitter.com/widgets.js’;fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document, ‘script’, ‘twitter-wjs’);
Un Jeudi matin. Il est 5h44. À peine caféiné, vous constatez les efforts de la veille. Les chiffres sont au vert. C’est de bon augure pour finir le mois avec des indicateurs positifs. Ça mets de bonne humeur !
5h49. Vous en profitez pour jeter un oeil sur vos mails. Votre équipe, elle, est déjà au travail.
5h52. Avec votre adjoint, vous fixez les objectifs de travail. Vous vous organisez le travail et les priorités du week-end.
6h01. Vous consultez la liste des erreurs de caisses. Tentez d’obtenir le pourquoi du comment. Un gencod erroné. Un oubli dans la pose des étiquettes.    Rien de bien compliqué à solutionner ce matin. 
6h10. Vous saluez votre équipe et profitez que tout le monde soit réuni (d’ailleurs il en manque une !) pour improviser un briefing et rappelez quelques règles élémentaires qui ont semble-t-il été négligé en ce début de semaine. L’occasion également de signaler qu’une réunion aura lieu après 9h30. 
6h22. Une commerciale est venue ce matin prêté main-forte au gestionnaire de rayon viennoiserie pour une réimplantation. Le plan d’implantation a déjà été négocié. 
6h29. Vous faîtes le ménage sur l’allée centrale, là où votre promo est installée. Vous retirez les cartons qui traînent. Remplacez les boxs quasiment vides. Vous veillez à ce que cette allée soit constamment mise en valeur. C’est un lieu stratégique pour mettre en avant votre offre. Vous remplissez les produits qui nécessitent un réassort. Votre adjoint continu le travail.
7h14. Mise en place d’une TG pirate : de la marchandise gît en réserve. Après un rendez-vous récent, une commerciale arrive la valise chargée de BRI, de quoi pouvoir mettre en place une offre attractive sur ses produits. Une tête de gondole lui est consacré pour les deux semaines qui suivent.
7h33. Ce matin, une collaboratrice semble définitivement avoir eu du mal à se lever. 1h30 de retard. Cela arrive. De manière à la soulager et pour faire en sorte que les rayons soient impeccables avant l’ouverture, vous retroussez vos manches pour lui filer un coup de main.
8h04. Le recadrage sur le rayon viennoiserie est quasiment terminé. La nouvelle implantation a été mise en place. Vous ajustez quelques éléments et validez l’implantation.
8h33. L’ouverture est proche. Il vous reste 27 minutes pour superviser les rayons. Une étiquette manquante par-ci, une rupture par-là. C’est le moment de personnaliser son management, de prendre le temps d’écouter chaque membre de votre équipe et de les aider à solutionner les problèmes qu’ils peuvent rencontrer. 
8h54. Vous missionnez un membre de votre équipe pour imprimer les étiquettes papier et d’assurer la distribution. Eh oui, les étiquettes électroniques ne sont pas à la portée de toutes les bourses !
9h08. Pause café. Chacun se regroupe autour d’un café. Sans sucre pour moi.
9h20. Vous récupérez les documents dont vous avez besoin pour votre réunion d’équipe. 
9h29. Votre équipe vous suit dans la salle de réunion. Chaque mois, ce type d’exercice peut prendre la forme d’une réunion table ronde où l’on expose plus en profondeur les chiffres, les objectifs, recueillir des informations de vos collaborateurs, faire le point sur les projets futurs, débattre sur l’organisation, et rappelez évidemment les règles de base, etc.
10h11. Réunion terminée. Vous prenez à part un de vos collaborateurs dans votre bureau. Il a intégré l’équipe il y a quelques semaines. Après une mise au point récente, c’est l’heure d’effectuer un deuxième entretien pour vérifier si les points qui avaient été évoqués précédemment ont été vus, corrigés et améliorés. C’est l’occasion de définir des axes de progression.
10h42. Consultation des irritants : certaines ruptures laissent un trou béant dans le rayon. Il faut les résoudre. Erreur dans la commande, retard du fournisseur, problème de remplissage, changement de gamme, gencod erroné, tout est possible. 
11h13. Un cadencier de commande vient d’être édité. Il faut faire le point sur les stocks et l’état du rayon, et d’ajuster sa commande en fonction du franco négocié. La réappro automatique fait parfois son travail mais rien ne remplace l’oeil avisé du gestionnaire.
11h44. Vous redescendez sur le terrain pour jeter un oeil sur l’état des rayons et sur l’allée centrale. Avant d’aller déjeuner, vous remplacer le fond de palette d’eau de source par une nouvelle palette dont la promotion 2+1 gratuit a été un succès.
12h02. Vous prenez votre pause déjeuner.
14h04. Cette après-midi, deux rendez-vous sont programmés. Le premier à 15h, l’autre à 16h. Vous préparez les bilans des opérations que vous avez réalisées avec eux. Vous profitez également pour passer quelques coups de fil : vous aidez un confrère d’un magasin voisin qui est un peu juste en quantité sur des chips. Vous effectuez une rétrocession. Vous appelez également des chefs de secteur pour évoquer les mises en avant de la promo qui démarre mercredi prochain. Ils vous confirment l’heure de leur venue.
14h57. Un commercial vient faire le point sur l’OP d’il y a deux semaines. Il s’agit de nouvelles références dont nous ne disposons pas en rayon. C’était l’occasion de juger de l’attractivité et du besoin de la clientèle sur ce genre de produit. Les résultats sont mitigés. Prix trop élevé ? Mauvais choix dans l’implantation ? Nous retenons les meilleures ventes et envisageons de refaire une seconde opération du même genre en période d’avant-fêtes pour confirmer et pour déstocker ce qu’il nous reste.
15h35. Le rendez-vous ne traîne pas. Votre directeur vous appelle pour vous signaler que le rayon bière nécessiterait un réassort. Vous dépêchez immédiatement un membre de votre équipe pour au mieux remplir les produits manquants et les rotations les plus importantes. Vous le seconder au plus vite.
16h10. Vous remontez à votre bureau. Votre second rendez-vous vous attend déjà. Cette fois-ci le commercial vient faire le point sur les volumes pour la prochaine opération, et le type de mise en avant possible. Un entretien qui sera rapidement expédié.
16h37. Pause café.
16h56. Vous en profitez pour consulter vos stocks qui ont gonflé. 45 jours de stocks sur les pâtes, cela fait beaucoup ! Vous tentez d’expliquer ce qui s’est passé et réajuster les vecteurs de commandes qui calculent votre proposition.
17h14. Vous rejoignez le rayon bière pour terminer de mettre en rayon l’arrivage d’aujourd’hui. C’est une bonne chose de faîte et un peu d’avance pris pour demain, début du week-end.
17h56. Vous vous réservez quelque temps pour répondre aux mails de la journée. Vous validez également une commande spéciale pour une association.
18h22. Surprise ! Votre collaboratrice retardataire de ce matin vient d’annoncer au directeur qu’elle sera en arrêt-maladie pour le week-end. Elle faisait une drôle de tête ce matin en effet. La journée avait pourtant bien commencé… 

Évidemment, je n’ai pas mentionné les nombreux coups de téléphones qui rythment la journée et les nombreuses réflexions des clients.


Publicités

9 commentaires

  1. Cette journée est normal…. Pour un manager magasin chez carrefour market il faut rajouter un peu de caisses d'accueil. Un inventaire tournant un audit… On mange a 14:00 pour reprendre a 14:30 et on ferme au moins a 19:30 en aiyant pris a 5:00

    J'aime

  2. Bonjour,

    Effectivement, panorama assez complet, manque peut-être le plus important: « tout au long de la journée, envoyer chier les fournisseurs (chefs de secteurs/chefs de marchés/représentants) qui viennent gentiment faire leur boulot, vous proposer leur aide et surtout leur budget que vous leur violez avec appétit, en échange d'un peu de votre temps et d'un sourire qu'ils n'obtiendront que très (trop) rarement ».
    C'est dommage, ça n'améliore pas l'image de la distribution, bien que je suis certain que certains managers de rayon soient très sympathiques…

    Bonne continuation

    Aimé par 1 personne

  3. Oui, il y a une part de vérité dans ce que vous dîtes. J'évoquerai une enseigne en particulier…
    Moi je ne fonctionne pas de cette manière, au contraire, même s'il faut parfois avouer que le temps manque parfois 🙂

    J'aime

  4. Je pense avoir une vague idée de l'enseigne dont il s'agit…
    Etant du coté fournisseur, je pense comprendre la réaction parfois brutale de certains CR… Ceci est compréhensible chez les intégrés, plus dur à digérer chez les indép. Le problème c'est que le système fait se rencontrer 2 interlocuteurs qui n'ont pas les mêmes objectifs. L'un c'est la rentab de ces rayons avec ce qu'occupe le panel de produits en linéaire, l'autre c'est de faire en sorte que ses réfs se vendent mieux que celles des concurrents. Il faut pourtant trouver un compromis… Maintenant, chez les indép., j'avoue que dès qu'on est badgé, même une offre DN/Merch/Promo hyper juteuse et honnête pour le magasin (parce qu'on a les historiques, le potentiel CA du rayon, des études, bref qu'on a eu le temps d'analyser tout ça, et croyez moi les prépa de visite des CS prennent du temps), c'est limite si on se fait pas harponner par l'interlocuteur à coup de « Ouais, ok, vous avez des BR?). Mêmes BR que tu ne retrouves plus une semaine après en revenant en magasin parce qu'ils ont été décollé de l'additionnel placé en TG (pourtant négocié, renégocié jusqu'au jour du montage de la TG), puis soigneusement scannés : « Chouette, sur une TG de 80 UV BRI (En plus du tract), j'ai gagné 40€!!! Ca va faire du bien au magasin…)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s