Drive : y’a-t-il un avantage au picking?

Évoluant moi-même dans un hypermarché doté d’un système dit de picking pour le Drive, je m’interroge encore assez près sur les avantages liés à ce système et sur le non-sens logistique que cela représente.
Car en effet, voir les rayons se vider, alors même que le magasin n’a pas encore ouvert, reste source de conflits qu’il faut savoir élucider. 
C’est dans un entretien à LSA que Serge Papin a trouvé quelques éléments de réponse, dont je vous laisse seul juge : «C’est surtout une manière de remettre des salariés en point de vente susceptible de conseiller les clients et de repérer les ruptures plus rapidement».
Si dans le principe c’est plutôt juste, dans l’organisation cela ne résout rien. Il reste à mon humble avis un non-sens. 
De mon expérience, la nécessité d’avoir des réserves correctement rangés pour rendre disponible les rotations importantes est indispensable. Ainsi, le picking pourrait basculer en semi-picking avec un principe proche d’une réserve accolée. En PGC, cela s’applique assez facilement sur les eaux ou les produits disponibles à la palette, tel que les bières. Sachant qu’une grande majorité des produits concernés par le Drive appartiennent au PGC – les clients préfèrent achetés leur produit frais en magasin – cela peut être une solution. 
Le picking n’est évidemment aujourd’hui qu’une alternative aux lourds investissements que requiert un Drive entièrement déporté. Mais jusqu’à quand ? Système U semble aujourd’hui avoir emboîté le pas et fait le dos rond à ce principe avec la création de Drive solo. La preuve que cela n’a pas que des avantages hein…
Je reste à l’affût de réactions. N’hésitez pas à me contacter.


Publicités

3 commentaires

  1. Je pense qu'effectivement c'est un non sens et je ne pense pas que cela donne vraiment plus de conseil au client. Pour moi, le drive doit etre externe au magasin, et doit trouver sa rentabilite en tant que tel, sinon le drive detruit plus de la valeur qu'I'll n'en produit.

    J'aime

  2. Travaillant chez Chronodrive, je peux vous donner mon point de vue sur l'expérience du picking dédié. En moyenne chez Chrono nous sommes capable de réaliser la grande majorité des préparations de commande en moins de 5 minutes, livraison incluse. J'ai lu ici et là qu'en picking magasin le temps de préparation moyen est d'environs une demie heure. Autant dire que le picking dédié reste quand même la meilleure solution afin de maximiser sa productivité.

    Pour répondre à Nicolas, le drive ne détruit pas de valeur à mon sens. Quand on sait que le panier moyen est en moyenne supérieur de 20€ à celui d'un hyper, il est difficile de partager votre point de vue. Car vous ne pensez pas que Leclerc, à tirer systématiquement les prix vers le bas et en offrant des avantages minimum à ses salariés, ne détruit pas de valeur?

    J'aime

  3. Dans cette article, il est surtout question de la problématique du picking en magasin. Les Drives déportés ou même les Drives accolés à un magasin, sont beaucoup plus performant. C'est évident. Ils représentent l'avenir du commerce de demain.
    Ceci étant, la question est surtout de savoir si le picking magasin est une bonne ou une mauvaise solution. Car voir des salariés remplir les rayons le matin avant l'ouverture, et voir d'autres salariés les vider pour les commandes Drive est un non-sens logistique évident.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s