Après la tempête, le calme

Ayé ! Après un marathon de fête qui aura duré environ 40 jours – de fin novembre au 31 décembre – et dont le sprint final aura donné lieu à quelques surprises, le gros rush est donc derrière les professionnels du secteur (ou presque).
Des journées parfois interminables qui commencent dès 4h du matin et qui se terminent aux alentours des 19h. Des clients toujours aussi exigeants à qui il faut répondre à la moindre requête. Des équipes fragilisées par les virus qui traînent. Des dimanches travaillés. Des succès. Des échecs. Des imprévues. Des commerciaux gourmands sur qui on taperait bien sur les doigts. Les fêtes restent le moment phare de l’année pour le commerce. Elles laissent un arrière-goût qu’une personne lambda ne peut comprendre. Il y a les fêtes côté consommateurs et côté coulisses. Deux aspects bien différents ma foi. À bon entendeur.
Ceci étant dit, le bilan des fêtes est assez proche de ce à quoi on pouvait s’attendre. Rappelez-vous. Exit en effet la crise qui semble-t-il sévir en France. Les consommateurs se sont comme toujours amassés en nombre devant les offres toutes aussi alléchantes des enseignes. Au menu des produits-phares comme d’habitude : le foie gras et le saumon arrivent sans conteste en tête de gondole des succès. Mention spéciale cette année à la révélation de ces fêtes : le macarons. Qu’ils soient frais, surgelé ou à préparer, ce quasi-inconnu des fêtes de l’année passée a fait une entrée remarquée. 
Un peu de repos est désormais de rigueur. Même s’il faut parfois déménager la marchandise et laisser place libre pour d’autres opérations tel que Le Blanc qui a déjà démarré, le rythme est somme toutes moins soutenues. Et ce n’est pas plus mal. Il faut reposer le corps et l’esprit. Car un chef de rayon doit engloutir à la fois l’aspect consommateur et l’aspect pro. Vous savez, ce côté coulisse…
Bien évidemment le calme en grande distribution ça reste qu’une simple illusion. Mon année personnelle s’annonce déjà riche. Après quelques mois d’intégration afin d’appréhender les rouages de ma nouvelle enseigne, me voici aux commandes de multiples challenges, tout aussi différent de ce à quoi on peut s’attendre quand on arrive en grande distribution. De bien beaux défis à relever ma foi, dont j’aurai l’occasion de les expliciter à travers ce blog.
J’en profite pour vous souhaiter une bien belle année 2013. En espérant qu’elle soit riche en projets pour faire avancer le commerce et que vous saurez trouver de l’épanouissement dans votre vie professionnelle.
Advertisements

2 commentaires

  1. Merci pour ce nouveau billet, qui comme pour les autres, permettent de découvrir ou mieux comprendre l'univers trop méconnu de la grande distribution. Derrière l'entreprise, il y a des hommes.
    N'y a-t'il pas d'autres termes pour désigner les « consommateurs » ? Réduit à un porte-monnaie vivant qu'on lobotomise à coups d'offres commerciales. Si la GD tend à se rapprocher de sa clientèle, un autre vocable serait plus apprécié …. ou à inventer.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s