Faire de l’Homme un atout majeur ?

Face à un manque cruel de main-d’oeuvre compétente, la grande distribution ne semble pas réagir devant cette «menace» qui pourrait bien agir sur les résultats des entreprises. Avoir des idées ne suffit pas toujours : il faut aussi des Hommes pour les mettre en place et les faire appliquer. Mais qui ? Que peuvent attendre les salariés du secteur à l’avenir ? Rapide tour d’horizon des interrogations, qui demain, auront – et devront – trouver des réponses 
La fin de la précarité ? La grande distribution est connue pour sa précarité ambiante. Jugez plutôt : 90% des salariés sont employés, 7% agent de maîtrise, 3% cadres. Un bien faible ratio compte tenu de la puissance et l’argent dégagé par ses «usines à vendre». Parmi les changements plausibles, on ne peut qu’escompter sur une amélioration des conditions de travail et la fin (enfin ?!) de cette précarité et pénibilité environnante : fin des CDD, des temps partiels, des horaires à rallonge, des heures supplémentaires non rémunérées, des permanences abusives notamment. 
Autre point sensible, le manque cruel de métier de bouche. Verra-t-on des bouchers, des poissonniers, des pâtissiers demain dans nos magasins ? La viande sera-t-elle elle-même découpée en usine pour être revendue directement emballée ? Redorer l’image de ces métiers relève aujourd’hui de l’exploit. Mais face à la montée criante du chômage en France, il serait temps de réagir pour préparer l’avenir, car avenir il y a ! Le néo-engouement des Français pour la cuisine créera peut-être des vocations… Que sais-je ?
Vers l’émergence de nouveaux métiers ? Le mouvement de la société conduira sans doute un jour à revoir les métiers en magasin. À l’évidence, on verra peut-être moins de managers terrain, mais plutôt de Grands responsables qui détiendront un secteur entier et s’assureront du management essentiellement. En parallèle, les entreprises pourraient détenir des cellules spécialisées avec à leur tête des managers spécialistes d’un domaine en particulier : ainsi, on pourrait voir des cellules dédiées à l’animation du point du vente, au conseil, au merchandising, au web, à la communication, aux achats, à la qualité… Autant de profils spécialisés, qui existent déjà dans de très grosses structures, et qui permettraient de valoriser les métiers en grande distribution et d’attirer de nouvelles compétences. Les jeunes notamment.
La fin des Super-Managers ? D’un point de vue personnelle, l’idée actuelle d’avoir des SUPERS-MANAGERS capable de gérer à la fois les achats, le merchandising, le management… est largement révolue. Ce système, existant notamment chez les indépendants, ne fait à mon sens plus ses preuves. La passation de pouvoir et la transmission des connaissances sont aujourd’hui bridé par les intérêts personnels, et ne permettent de faire avancer l’entreprise.

Autant de questions qui à mon sens devront être résolu afin de placer l’Homme au coeur de l’entreprise et d’en faire une priorité. C’est la revalorisation d’un secteur tout entier qui est en jeu.



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s