Salariés : pourquoi démissionnons-nous ?


!function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0],p=/^http:/.test(d.location)?’http’:’https’;if(!d.getElementById(id)){js=d.createElement(s);js.id=id;js.src=p+’://platform.twitter.com/widgets.js’;fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document, ‘script’, ‘twitter-wjs’);

Qui n’a jamais eu envie de quitter son entreprise ? Qui n’a jamais pensé que l’herbe pouvait être plus verte ailleurs ? Qui ne s’est jamais senti inhibé au sein de son entreprise ? Qui, et quel est le ratio de ceux qui passent à l’acte ? La grande distribution, bien plus qu’ailleurs avec son turn-over important, soulève ces nombreuses interrogations.
Il y a un moment dans la carrière d’un salarié dans lequel on sent des barrières se dresser devant soi. Des murs. Des moments dans lesquels vos efforts sont vains et n’aboutiront à rien de concret pour vous. Des moments dans lesquels vous perdez toutes envies de continuer à travailler pour votre employeur. Convaincu toutefois par votre potentiel, vos compétences et votre envie d’apprendre, le choix d’un départ devient quasi inéluctable.
Pour certains patrons, le départ de bons éléments ne les impactent pas. Enfin semble-t-il. Citations :
  • Il y en a d’autres des comme vous ;
  • On n’a jamais retenu personne ici ;
  • Personne n’est irremplaçable ;
  • Il y a pleins CVs sur mon bureau ;
  • J’en connais qui aimerait travailler à votre place ;
Quelques phrases qu’on peut parfois entendre dans les coulisses de la grande distribution… Mais le pense-t-il vraiment ?
En grande distribution, quand un employé quitte son poste, il quitte de prime abord un patron, pas nécessairement une entreprise… Et si au fond les patrons ne faisaient que nier une réalité qu’ils refuseraient tous d’admettre ? Et si ces surprises avaient, à court ou moyen terme, un goût acide ? Car le départ d’un employé peut s’avérer être un couperet et son remplacement plus compliqué que prévu. Hélas, nombreux sont les entrepreneurs à penser que leurs salariés ne sont rien sans eux. Et si c’était l’inverse ? Hein ?
Voici les quelques raisons qui font qu’un employé puisse avoir envie de changer d’air.

* Mon patron ne s’intéresse pas à moi

Il n’est pas question de demander à votre patron de faire du cas par cas, trop compliqué, mais au minimum de s’intéresser à ses salariés qui en valent la peine. En effet, un potentiel ça saute souvent aux yeux. Quelqu’un qui montre de la détermination et de l’envie ça sort du lot. C’est évident. Cette personnalité ne peut être que bénéfique pour l’entreprise. Fermer les yeux sur les compétences et ne pas donner la chance aux potentiels de s’exprimer c’est un peu comme affirmer indirectement que la porte est ouverte… à un départ.

* Mon patron me sous-estime

Dans une entreprise il y a toujours des meubles indéboulonnables qui restent cantonnés dans leur poste à responsabilités parce qu’il devient trop cher de s’en débarrasser les licencier. Confirmer ces meubles à leurs postes bloquent le passage aux potentiels et posent des barrières au développement d’autres plus méritant. Aussi, en tant que salarié, vous considérez que les confirmer c’est en somme leur donner raison dans leur incompétence. Par ailleurs, en plus de surestimer les uns, il sous-estime d’autres…Peut-être vous d’ailleurs.

* Mon cortex est au point mort

Se sentir utile et impliqué dans le développement de l’entreprise : voilà ce que tout employés motivés souhaitent. Dès lors qu’on a un minimum d’intelligence, on refuse systématiquement l’ennui et l’absence de challenge susceptible d’alimenter la jauge de motivation. Avoir au travail une activité cérébrale proche de 0 ne permet aucunement à n’importe quel salarié d’envisager un avenir au sein de l’entreprise.

* Ma place dans l’entreprise semble figée

Visiblement votre recrutement tient lieu à un besoin de l’entreprise. Une place à laquelle votre patron y tient. Vous vous sentez cloîtrer. Enfermer dans vos idées qui ne demandent qu’à prendre forme. Vous avez les compétences pour apporter autre chose de positif au développement de l’entreprise. Votre patron ne semble pas y tenir rigueur. Tant pis… pour lui.

* Des yeux oui. Mais des oreilles ?

Jugez votre travail au quotidien : ok. Mais qu’en est-il de la capacité d’écoute de votre patron ? Certains salariés regorgent de bonnes idées, de pensées, d’observations, d’analyses. Aucun Homme n’est capable de tout voir, tout faire, tout penser seul. D’ailleurs, le propre du leadership n’est-il pas sa capacité d’écoute ? 

* Il n’y a pas que l’argent 

Il est à fort à parier que l’argent reste le nerf de la guerre pour une majorité de salariés, et aussi une des raisons du ce pourquoi on se lève à 4h chaque matin. Ceci étant, la démarche de croire que l’argent est l’unique motivation relève plus ou moins d’une façon de penser un peu restreinte. Si votre patron pensent vous retenir uniquement en vous augmentant – comme ils savent si bien le faire -, n’oubliez pas qu’un âne ne mange pas que des carottes, et qu’il lui faut d’autre ingrédients pour avancer. 

* Je n’ai pas de repères

Quand le chat n’est pas là, les souris dansent. Ou plutôt quand le patron en question déserte, pour x raisons, c’est souvent la direction qui prend le relai de l’autorité. Or, quand votre direction n’est elle-même pas capable de prendre le taureau par les cornes, que faire ? Un leader qui n’a lui-même pas de repère ou de ligne directrice ferme, ne permet pas aux salariés de se trouver eux-même une ligne de conduite. Les salariés sont souvent le reflet du leader. Dès lors, comment trouver un point d’attache à son horizon professionnel quand la boussole ne sait pas où elle va ?

* Mon patron ne reconnaît pas mon travail

Il arrive que certains n+1 tirent profit des compétences de leur inférieur pour s’attirer la confiance de leur supérieur. En plus d’être subrepticement immorale, c’est avant tout prétentieux, arrogant et hypocrite de vouloir se faire passer pour le meilleur, surtout quand ce n’est pas le cas ! Conséquence directe, votre patron ne vous voit pas tel que vous aimeriez. C’est un peu comme si votre responsable avait toujours les cartes en main et qu’il ne vous les distribuait pas. Au final vous perdez tout le temps et votre patron ne cherche pas à comprendre pourquoi vous ne gagnez jamais…

* Pas entouré de talents

Les talents partent ; les autres restent. Tel pourrait être l’adage qui dicte le monde cruel de la vie active. La position hiérarchique des uns ne facilite pas le développement et l’avancée des autres. Conséquence, les plus futés partent faire leurs armes ailleurs.
Les «autres» sont à peine méritants. Ils prennent le contrôle de situations qu’il ne maîtrise absolument pas. Ils demandent qu’on leur rende des comptes alors qu’ils ne sont pas capables de se gérer eux-mêmes. Triste réalité. Impossible en somme de faire jouer son va-tout quand les relations hiérarchiques sont ternies par des intérêts individuels, au détriment du développement de la cohésion d’équipe.

* Parole, parole, parole… ♪ ♫

Les paroles, les belles paroles. Tiens voilà le lot de consolation des patrons d’aujourd’hui pour retenir leurs salariés sans apporter de supplément de revenus. Attitude facile qui ne fait définitivement plus ses preuves. Car l’exigence de tenir sa parole se doit d’être respecté. L’usage de l’autorité et/ou du pouvoir, pour faire passer les intérêts de l’entreprise aux devant, relève de la monarchie. Mais dans les relations humaines, hélas (!) personne n’est roi.
En somme, si les patrons d’aujourd’hui accordaient davantage de temps et de moyens pour comprendre leurs salariés, le monde de l’entreprise ne s’en sortirait pas plus mal, et l’image de la grande distribution s’en verrait bien plus valorisée qu’elle ne l’est aujourd’hui. 
Toutefois, bel et bien conscient des enjeux financiers, économiques et sociaux auxquels les patrons sont tous les jours confrontés, et du temps nécessaires pour gérer tel ou tel centre de profit, il est fort évident qu’il est impossible de satisfaire les egos de chacun. Mais ouvrir des barrières pour éviter à ses salariés le parcours du combattant éviterait à mon sens bien d’acides surprises.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s