Le diplôme ne conditionne pas la réussite

À cette affirmation, j’imagine déjà derrière vos écrans ceux qui hochent la tête, qui approuvent, car par expérience, ils se sont vite rendu compte que le diplôme est noyé dans la masse une fois avoir intégré la jungle du marché du travail. Mais je vois également des réticents qui réfutent, convaincus que leur connaissance leur servira un jour.
Trop de diplôme. J’ajouterai même trop de mauvais diplôme. Car il ne suffit pas de porter la mention X ou Y, de détenir telle ou telle spécialisation, ou telle ou telle option. En effet, le bien-fondé d’un diplôme est indéniablement de former à un métier, ou à un groupe de métier. Combien sont les diplômés à ne jamais avoir franchi le seuil d’une entreprise ? Les diplômes d’aujourd’hui ont pour vocation à faire-savoir au détriment du savoir-faire. Les connaissances sont souvent acquises mais rarement pratiqués.
Avouons-le, la reconnaissance du diplôme vient également de la qualité de l’entreprise qui saura reconnaître vos forces, vos faiblesses, et/ou vous former à de nouvelles compétences. La bonne entreprise est celle qui saura développer vos compétences et qui ne se contentera pas de s’y appuyer.
Par ailleurs, on a souvent tendance à croire qu’il suffit de payer des études à ses enfants pour qu’il réussisse dans la vie. Hormis quelques grandes écoles pour lesquelles les entreprises s’arrachent les candidats, que reste-t-il des formations lambda dont l’intitulé sonne comme du chinois pour un employeur ? Le diplôme en France semble posé sur un pied d’estale, comme un gage de réussite. À l’heure actuelle, le diplôme m’apparaît comme sur-côté. Seules les formations en apprentissage, alternant stages et cours, tirent à mon sens leur épingle du jeu car elles permettent d’avoir un pied dans le monde du travail, et d’avoir un poste à la clé.
Malgré tout, je reste encore convaincu que la personnalité peut aider à avancer, et qu’il y a encore un peu de place dans ce monde pour les autodidactes. À l’unique condition toutefois d’avoir la personnalité nécessaire et les qualités qui donnent envie d’avancer : la curiosité, la communication, le dynamisme, l’aisance relationnelle, sont à mon sens des vas-tout qui remplace bien des formations.


Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s