La qualité du stock, vecteur de performances

La gestion d’un rayon, quelque qu’il soit, alimentaire ou non, est conditionné par la réalisation de 3 vecteurs. Le chiffres d’affaires, la marge et les stocks. Si le chiffre d’affaires est connu de tous comme étant la somme des ventes, et la marge comme étant le bénéfice que vous en tirez, la qualité du stock est elle souvent mise de côté et pourtant, c’est cet indicateur qui vous permettra la réalisation des 2 autres. Vous l’aurez compris, ces 3 indicateurs sont étroitement liés. 
Par stock, il faut entendre la masse de marchandises destinées à couvrir un besoin futur. La principale difficulté de la gestion des stocks réside dans la volonté à s’assurer un chiffre d’affaires maximales avec une masse minimale. S’assurer une bonne gestion des stocks dans le quotidien d’un chef de rayon est essentiel. Des faibles rotations de stocks immobilisent des fonds propres. En somme, c’est de l’argent qui dort qui pourrait être investi ailleurs.
En grande distribution, le sur-stock est courant. Plusieurs raisons l’expliquent : la mauvaise gestion de la saisonnalité, les météos capricieuses qui font varier les vecteurs de commandes, un assortiment subi plutôt que choisi, le reliquat des promotions invendues…
Comme je le disais plus haut, indépendamment, le stock pilote directement deux éléments : la rentabilité et la productivité. Moins vous aurez de stock, plus vous gagnerez du temps et moins vous prendrez de risques – surtout dès lors que la marchandise se déprécie ou est périssable. 
Un chef de rayon aguerri verra sans doute d’un bon oeil la mise en place d’un tableau de bord de constatation pour le calcul de ses rotations de stock. Par rotation du stock, il faut comprendre le nombre de fois où le stock s’est renouvelé pour réaliser un chiffre d’affaires budgétisé. On parle de taux de rotation. Pour valeur d’exemple, pour un CA de 1 million d’euros et un stock de 250000€, la rotation de stock sera de 4 fois. 
Parmi les astuces que j’encourage, afin d’améliorer la qualité de son stock, il est nécessaire d’avoir une ligne de conduite cohérente et une politique commerciale parfaitement choisi et contrôlé. En résumé, il faut tout simplement donner du sens à ces décisions d’achats. Dans les faits, il faut laisser peu de place à l’imprévu.
Bien plus qu’un simple indicateur, la gestion des stocks est évidemment le reflet de la bonne gestion d’un rayon. Sans faire d’amalgame, de la qualité du stock dépend évidemment la qualité de l’homme qui mène l’orchestre, à savoir le chef de rayon.
Pour finir, en dehors des clichés souvent véhiculés par la vieille école, il ne faut pas croire par exemple qu’il faut systématiquement augmenter ses prix de vente pour s’assurer une marge confortable et un chiffre d’affaires élevé. Au contraire. Avant de s’assurer de telle performance, la gestion du stock est primordiale. Le niveau de trésorerie en dépend directement. C’est un métier qui s’apprend.

//www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Fwww.jebosseengrandedistribution.com%2F2013%2F10%2Fla-qualite-du-stock-vecteur-de.html&width=200&height=80&colorscheme=light&layout=standard&action=like&show_faces=true&send=false&appId=346845332102835



Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s