On méprise les gens dont on a peur

//www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Fwww.jebosseengrandedistribution.com%2F2013%2F10%2Fon-meprise-les-gens-dont-on-peur_4160.html&width=450&layout=standard&action=like&show_faces=false&share=true&height=35&appId=346845332102835

!function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0],p=/^http:/.test(d.location)?’http’:’https’;if(!d.getElementById(id)){js=d.createElement(s);js.id=id;js.src=p+’://platform.twitter.com/widgets.js’;fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document, ‘script’, ‘twitter-wjs’);

La psychologie permet d’obtenir des réponses. Elle révèle des attitudes cachées et permet de mieux comprendre les agissements et les pensées d’autrui. C’est pourquoi la psychologie prend une toute autre dimension dans le management. Son utilisation s’affirme comme un vrai moyen d’élucider les comportements de ses collaborateurs, à toute hauteur de l’échelle hiérarchique. 
La grande distribution, voire la vie active au sens large, a pour réputation d’être une jungle, un zoo, où l’instinct animal prédomine largement. Les relations humaines font partie du quotidien, et il est essentiel de savoir appréhender les codes qui les régissent. La psychologie intervient.
Parmi les sentiments les plus perceptibles, le mépris se tient en haut de l’affiche. Nouveau chef, nouveau directeur… C’est souvent là que le bât blesse. Car en effet, tout individu inférieur potentiellement menaçant et capable de le destituer de son trône, de son autorité, voire de son aura, lui vaudra toujours la même sentence. Pathétique. Au lieu de se présenter comme un vrai manager, et non comme un enfant à l’état d’esprit d’un élève de CP qui veut jouer à la bagarre, le mépris est une des formes perverses qui à mon sens fait reculer l’entreprise. 
Pour sûr, il est évident qu’on ne méprise jamais personne dont on a la conviction qu’elle est inoffensive. L’ignorance est l’arme des faibles qui n’ont d’autre lubie que leur propre ego. Alors, pourquoi tant d’acharnement ? De jalousie ? D’inhibition ? Tenter tant bien que mal de mieux comprendre le mépris exercé par ces responsables hiérarchiques requiert une bonne dose de réparti et de patience, et probablement une bonne tranche de rigolade de les voir s’enfoncer eux-mêmes !
Par définition, le mépris, d’un point de vue psychologique, est une émotion mixte. Dissimulée derrière une forme de colère et de peur, elle engage également d’autres sentiments tels que la jalousie et la peine. Le méprisant adopte toujours une stature ascendante, soit liée à son statut, soit parce qu’il est en phase d’insécurité. C’est une réaction de défense. 
Malheureusement, le mépris est une attitude courante dans l’entreprise. C’est un moyen utilisé pour mettre la pression et affaiblir un salarié, à des fins de le mettre hors de l’entreprise. Jeunes salariés, ou plus expérimentés, apprenez à jouer des coudes pour vous tenir prêt à ce genre de situation. Assurez-vous également d’avoir 3 ou 4 coups d’avance. Ça arrive bien plus rapidement qu’on ne le pense.


Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s