Et si la guerre des prix s’arrêtait ? (1)

E.Leclerc se bat sur les prix. À l’instar d’un certain Brice de Nice, elle surfe sans discontinue sur la vague qu’elle a tant attendue. Un combat de 40 ans qui lui vaut aussi aujourd’hui les faveurs des consommateurs. Contexte de crise, ou pas, l’enseigne bretonne glisse sur la déferlante du succès et est passé récemment leader du secteur en France devant l’historique concurrent Carrefour. De quoi lui asseoir une position financière confortable face aux grands groupes alimentaires dont elle se veut la victime.

Devant les nouveaux outils de comparaison tant prisée (voir aussi), les concurrents tentent de refaire leur retard, tant sur le plan des prix, que sur l’image-prix. Deux notions bien distinctes d’ailleurs où la communication est reine. Entre détournement du consommateur ou nouvelles attentes, tour d’horizon à travers plusieurs articles : une question, une réponse sur cette problématique car évidemment elle ne durera pas 116 ans, elle… Et si la guerre des prix s’arrêtait ? 
Et si demain le consommateur se détournait de cette guerre ?
La distribution commence à apercevoir des signes annonciateurs d’une possible fin de cette guerre des prix. Demain les prix seront resserrés, l’offre probablement moins étendue, et tout se jouera à quelques centimes près : qui seront les clients prêts à faire quelques kilomètres supplémentaires pour acheter un paquet de pâtes 4 centimes d’euros moins chers ou son pot de Nutella à quelques centimes près ? Haha !
La différence se fera ailleurs certainement. La qualité du service, au niveau des rayons métiers notamment, la faculté à trouver les promotions, l’appui des nouvelles technologies, la capacité à différencier son offre, le développement de concept,… seront à mon sens les vecteurs du succès de demain.
L’enquête que j’ai pu mener en juin dernier sur la fréquentation des enseignes sur les réseaux sociaux – et le succès des pages annexes – démontre que les clients ne sont pas plus attachés à une enseigne en particulier mais bien à une approche, une sensibilité… On s’identifie à une émotion et non à une marque. L’Internet 2.0. y a contribué. La communication jouera donc un rôle prépondérant. En plus de l’image-prix, de nouveaux indicateurs devront être mis en place pour jauger d’efficacité des enseignes. Vers une jauge d’efficacité prix ?
Pour sûr, une transition est en marche. Celle d’une époque révolue d’une société aigrie par la CONSOMMATION vers une société de RECOMMANDATION. Les enseignes devront dès lors faire face à de nouvelles attentes. Le prix ne sera plus l’affaire de tous.

//www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Fwww.jebosseengrandedistribution.com%2F2013%2F10%2Fet-si-la-guerre-des-prix-sarretait-1.html&width=200&height=80&colorscheme=light&layout=standard&action=like&show_faces=true&send=false&appId=346845332102835


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s