L’emploi dure 3 ans

//www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Fwww.jebosseengrandedistribution.com%2F2014%2F01%2Flemploi-dure-3-ans.html&width=400&layout=standard&action=like&show_faces=true&share=true&height=80&appId=346845332102835

!function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0],p=/^http:/.test(d.location)?’http’:’https’;if(!d.getElementById(id)){js=d.createElement(s);js.id=id;js.src=p+’://platform.twitter.com/widgets.js’;fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document, ‘script’, ‘twitter-wjs’);
L’humeur du mois de Janvier !
C’est un fait et tant pis pour les romantiques ! L’emploi dure 3 ans. Mais qu’à cela ne tienne, car pour les plus téméraires d’entre vous que je vois déjà bondir, rassurez-vous, plusieurs explications rationnelles complète cette maxime*.
On apprend en effet assez rapidement que la passion s’échaude à mesure que le temps passe. On apprend tout aussi lucidement que la passion est un plat qui se mange chaud. On apprend que le travail est un moyen, et non pas une fin en soi, et que bien même s’il nous pousse souvent dans nos derniers retranchements, c’est un formidable exercice de style dans notre vie aussi contemporaine soit-elle. Par comparaison, le sens du mot travail n’a plus le même sens que celui employé par nos aînés.
Quand le couple employeur/salarié ne tient plus, nul besoin d’insister. 
Mariage aussitôt consommé, divorce aussitôt annoncé. La bague au doigt file aux oubliettes. Les souvenirs s’échappent et seule l’expérience acquise reste. Les raisons de ces infidélités sont nombreuses.
La faute premièrement aux salariés. Trop mobile. Trop pressé. Trop tout tout-de-suite dixit la génération Y. Le temps n’attend pas. Bref. Plus flexible aussi. Davantage en veille. Le web et les réseaux sociaux ont eu le mérite d’ouvrir les Hommes au monde, de les rapprocher. Le réseautage et le NetWorking font partie du package de chaque salarié et ouvre continuellement l’envie de voir autre chose. C’est ainsi.
La faute deuxièmement à ses patrons qui se veulent bâtisseur de carrière avant manager d’entreprise, et qui n’emploie pourtant pas un seul mot d’RH. Le salarié moderne est aujourd’hui entrepreneur de sa propre carrière. Indépendant. Libre de ses propres décisions, et surtout peu redevable des efforts consentis par l’employeur pour le développement de son propre domaine de compétence. Cela peut paraître injuste pour l’un, mais la richesse d’un salarié réside dans l’enrichissement des missions. Mener une carrière c’est aussi se donner le luxe d’avoir le choix.
Pas de recette miracle pour mener et s’accomplir professionnellement. Le chemin reste semé d’embûches. Tant et si bien qu’il vaille mieux aujourd’hui cumuler les expériences et s’enrichir dans des domaines aussi divers que variés, plutôt que se morfondre dans un système qui ne satisfait que l’employeur même. Au-delà de 3 ans dans une même entreprise, aucun intérêt. La relation employeur/salarié est dépassée. 
L’emploi dure donc 3 ans. Parfois même moins. Et il faut parfois savoir se libérer de ses chaînes avant que les choses s’enveniment. À bon entendeur.
*(Remarque : Si toutefois vous êtes né avec une cuillère en argent dans la bouche, cette article ne vous concerne pas).


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s