La pénibilité : fléau d’un mal moderne ?

//www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Fwww.jebosseengrandedistribution.com%2F2014%2F01%2Fla-penibilite-fleau-dun-mal-moderne.html&width=450&layout=standard&action=like&show_faces=false&share=true&height=35&appId=346845332102835


!function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0],p=/^http:/.test(d.location)?’http’:’https’;if(!d.getElementById(id)){js=d.createElement(s);js.id=id;js.src=p+’://platform.twitter.com/widgets.js’;fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document, ‘script’, ‘twitter-wjs’);

La réputation de la grande distribution et des conditions des salariés n’est plus à faire. Tristement. Selon une étude publiée par Altair Conseil, le secteur figure  pleinement dans le classement des postes les plus concernés par la pénibilité. L’industrie n’est pas en reste.

Au total, ils seraient plus de 4 salariés sur 10 (43%) en moyenne à être concerné par la pénibilité. Contre plus de 7 sur 10 (72%) dans l’industrie. Les principaux affectés seraient les transporteurs pour la grande distribution, dont 9 sur 10 se déclarent effectuer un travail éprouvant. Colossal. Le poste de « mise en rayon », pourtant souvent décrié, figure en septième position du classement derrière des postes moins connues pour cette spécificité. Au rayon des facteurs, la liste est étoffée : bruit, port de charges lourdes, manutention, mauvaise posture, variation des rythmes de travail… 
Rien de surprenant en somme de voir là apparaître ces deux secteurs que sont l’industrie et la grande distribution. Ce sont en vérité deux secteurs de « main-d’oeuvre » où les bras sont plus utiles que les têtes.
Toutefois, le débat n’est pas de constater les chiffres, mais comment les corriger pour rendre le métier d’employé plus attrayant sans passer par de l’automatisation. Des efforts ont pourtant été fourni par certaines marques pour pallier ces problèmes. Je pense notamment au code-barres collé sur les packs d’eau pour éviter la charge lors du passage en caisse. Mais d’après vous, quelles ont été les initiatives les plus probantes ?
TOP 10 des postes les plus pénibles 
1. Transport de marchandises (grande distribution) : 88%
2. Agroalimentaire (industrie) : 77%
3. Travail en entrepôts (grande distribution) : 76%
4. Environnement (industrie) : 55%
5. Produits verriers (industrie) : 55%
6 Laboratoires pharmaceutiques (industrie) : 38%
7. Mise en rayon (grande distribution) : 32%
8. Chimie fine (industrie) : 29%
9. Boulangerie (grande distribution) : 7,5%
10. Réception des marchandises (grande distribution) : 1,9%


Publicités

2 commentaires

  1. Bonjour,
    Auteur de l'étude du cabinet Altaïr Conseil, je tiens à vous remercier pour votre analyse et souhaiterais églement apporter quelques précisions.
    La pénibilité a été évaluée sur la base du niveau d'exposition aux 10 facteurs définis par le décret du 30 mars 2011 et pour la grand distribution des seuils définis par l'accord FCD. Concernant les salariés des entrepôts et du transport de marchandises, il ne s'agit pas uniquement de la grande distribution. 88% des caristes, préparateurs de commandes, etc. sont exposés à la pénibilité du fait du travail posté et/ou du travail de nuit et/ou des postures pénibles. Parmi les transporteurs, 76% des salariés sont exposés à la pénibilité (du fait du travail posté et/ou du travail de nuit). Nous avons aussi demandé aux salariés d'estimer le ressenti de la pénibilité de leur poste sur une échelle de valeur de 1 à 10, Les chiffres communiqués dans l'étude ne tiennent pas compte de ce ressenti, ce sera l'objet d'une prochaine étude, mais se basent uniquement sur le niveau d'exposition aux facteurs de pénibilité (exemple : bruit > 85 dBA ? oui après mesure sonométrique : exposition au facteur bruit, non dans le cas inverse). Il n'est ainsi pas exact de dire que  » 9 sur 10 se déclarent effectuer un travail éprouvant », l'étude ne se basant pas sur les déclarations des salariés.
    Dans l'étude réalisée, il n' y a aucun classement des postes par rapport à la pénibilité. Les pourcentages donnés représentent la quote-part des salariés exposés par rapport à l'effectif global du secteur. Ainsi, 32% des effectifs de l'échantillon des hypermarchés et supermarchés que nous avons étudiés travaillent dans les secteurs Fruits & Légumes, Liquides, Produits Libre Services, Droguerie Parfumerie Hygiène, Textiles, etc.) et sont exposés à la pénibilité du fait du temps passé dans des postures pénibles (bras en élévation, accroupi, agenouillé, penché en avant, etc.). Les personnels des secteurs boulangerie, pâtisserie, poissonnerie sont également exposé du fait des postures pénibles (debout statique ou piétinement et potures pénibles pour le montage des murs de glace pour les poissonniers).
    Parmi les améliorations apportées ou à développer pour atténuer ou supprimer la pénibilité : la poursuite du renouvellement des lignes de caisse avec du matériel ergonomique (chaise ergonomique, caisses ilôt laissant plus de place aux assistantes de caisse, scanner vertical et horizontal, hauteur des claviers, position du lecteur de cartes bancaires, etc.), mise à disposition de tables de mise en rayon et d'escabeaux ergonomiques et sécurisés, limitation de la hauteur des étagères avec suppression des casquettes, mise à disposition de tire-pal électriques et amélioration de la maintenance des tire-pal manuels et des sols (notamment dans les réserves), mise à disposition d'équipements et matériels ergonomiques (couteaux pour les secteurs traditionnels, guillotine pour les fromages à pâte dure), diminution de la profondeur des meubles et ouverture des vitrines par le devant pour le (dé)chargement (charcuterie, fromage, boucherie), diminution du poids des produits (quarts de meule au lieu de demi meules ou meules complètes), mise en place de fours à nacelle pour alléger la charge manutentionnée (poulets et broches), formation gestes et postures pour éviter aux salariés d'emprunter des postures à risque, mise à disposition de gants adaptés (PLS et surgelés), et de tapis de sol, etc.
    En souhaitant que ces mesures contribuent à la réduction de la pénibilité physique. Elles ne régleront cependant pas les autres formes de pénibilité existantes (risques psychosociaux).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s