Épopée sous-marine

//www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Fwww.jebosseengrandedistribution.com%2F2014%2F03%2Fepopee-sous-marine.html&width=450&layout=standard&action=like&show_faces=false&share=true&height=35&appId=346845332102835

!function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0],p=/^http:/.test(d.location)?’http’:’https’;if(!d.getElementById(id)){js=d.createElement(s);js.id=id;js.src=p+’://platform.twitter.com/widgets.js’;fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document, ‘script’, ‘twitter-wjs’);

Humeur du mois de mars…


On ne choisit pas sa famille, encore moins son tenancier. Et qui dit faculté d’indépendance, dit autant de libertés et autant de largesses que de tavernes. Et qui dit autant de passions dit aussi autant de convictions. Autant de raisons que de divergences. Autant d’état que d’esprit. Autant de mentalités que de déraisons. Autant de marge que de manoeuvres. Autant de magie que de désillusions. Autant de plan que d’actions. Autant de gorges que de profondeur. 

Les embûches sont sous-marines. En façade, rien ne se passe, rien ne se crée. Les scènes se déroulent au-delà. C’est un océan tempétueux qui gouverne dans lequel flux et reflux, vents et marées, remuent mer et ciel pour repousser les déjections qui remontent à la surface. Des voix vocifèrent. Les vagues accusent. Elles démontrent tout l’intérêt des intempéries, plongeant ainsi dans la tourmente les plus quémandeurs d’entre eux, et portant l’estocade à leur jusqu’ici glorieuse aventure. Un coup d’arrêt. Fatal.
Les abysses regorgent de spécimens en tous genres. Partagée entre circonspections et convictions douteuses, leur aptitude à se familiariser avec le milieu provoque indignation et la désapprobation générale. À défaut de sortir la tête de l’eau et assurément rompu avec eux-mêmes, ils plongent vers les bas-fonds pour chercher un peu de calme. En vain. D’autres plus volubiles, s’égosillent à invectiver contre leur plus proches. Une manière de se victimiser afin de bousculer ceux qui côtoient le bord du précipice et de s’attirer le spectre de la réussite. On retrouve aussi les corrompus, qui pestent pour instaurer le calme, mais qui piétinent chaque élément incubateur.

Dès lors, on sort la tête de l’eau. L’immersion en haut profonde n’a de cesse et porte un coup d’arrêt. Les plaies se referment et les peaux contusionnées se pansent. Les bêtes blessées trouveront d’autres âmes charitables pour sacrifier leur pulsion convulsive. Leurs élucubrations valent tous les sourires du monde. On ne peut d’ailleurs que les soutenir à leur propre cause. Leur appétit pantagruélique a fini par trouver sa faim : un hors-d’oeuvre qui restera en définitive inscrit sur un tableau de bord mais qui gardera pour certains le goût amer d’un repas sans fin.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s