Instacart : l’application qui se veut collaborative

//www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Fwww.jebosseengrandedistribution.com%2F2014%2F08%2Finstacart-lapplication-qui-se-veut.html&width=450&layout=standard&action=like&show_faces=false&share=true&height=35&appId=346845332102835

!function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0],p=/^http:/.test(d.location)?’http’:’https’;if(!d.getElementById(id)){js=d.createElement(s);js.id=id;js.src=p+’://platform.twitter.com/widgets.js’;fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document, ‘script’, ‘twitter-wjs’);
Le web n’en finit pas de réinventer sa manière d’acheter ou de consommer et chaque mois son lot de nouveautés fait son apparition. Une application nouvellement créée et qui a bénéficié d’une levée de fonds fait récemment parler d’elle outre-atlantique : INSTACART.
Le principe de l’application est simple : après s’être préalablement inscrit sur l’application, vos choisissez vos produits, vous transmettez la commande et s’est ensuite un « personnal shopper » qui se charge de préparer la commande. Notez que ces « personnal shopper » – bien entendu rémunérés – ne sont pas salariés de la start-up, ce sont de simples particuliers. INSTACART se contente uniquement de faire le lien entre consommateurs et livreurs.
Pour se financer, l’application facture la livraison effectuée par un personnel shopper et le montant de l’abonnement qui lui s’élève à 99 dollars. D’autres combines permettent également à la start-up de faire du business : elle pratiquerait en effet une hausse des prix sur une sélection de produits.
L’opportunité du modèle économique choisi par l’application permet une rentabilité certaine et d’outre-passer les charges sociales pour les quelques 1000 livreurs indépendants que la société compte à ce jour. Et cela peut donner des idées à des entrepreneurs en France…
Toutefois, si cette application s’inscrit dans une économie de partage, ne serait-il pas dangereux un tel développement en France ? Car si l’idée semble cohérente face aux attentes des consommateurs et une vraie opportunité pour les personnes âgées ou à mobilité réduite, il n’en demeure pas moins qu’elle semble aussi sous-couvert d’une précarité grandissante pour notre société. Payer des commissionnaires sans sortir un sou pour les charges sociales et sans faire signer quelconque contrat de travail pourrait faire sortir l’éthique de ses gonds.
Si le web représente l’avenir et constitue en somme un formidable vivier d’idées, l’économie de partage se doit non seulement de ressouder les Hommes entre eux mais aussi de permettre une meilleure redistribution des richesses. 
Et vous, que pensez-vous de cette application ?


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s