Grande distribution cherche commerciaux

//www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Fwww.jebosseengrandedistribution.com%2F2014%2F08%2Fgrande-distribution-cherche-commerciaux.html&width=450&layout=standard&action=like&show_faces=false&share=true&height=35&appId=346845332102835

!function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0],p=/^http:/.test(d.location)?’http’:’https’;if(!d.getElementById(id)){js=d.createElement(s);js.id=id;js.src=p+’://platform.twitter.com/widgets.js’;fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document, ‘script’, ‘twitter-wjs’);
S’il est un métier qui ne connaît pas la crise de l’emploi c’est bien celui des commerciaux. Chaque année ce ne sont pas moins de 60000 postes – tous secteurs confondus – qui seraient à pourvoir. Il suffit de jeter un oeil aux offres d’emploi sur les sites d’enseignes pour en juger. Mais si la demande est là, l’offre se fait attendre… En effet, ce que l’histoire ne dit pas, ce sont les difficultés qu’ont ces dernières à satisfaire leurs besoins. Plusieurs hypothèses sont possibles.

Les entreprises sont exigeantes.

Contexte de crise oblige, les attentes sont élevées au sein des cellules de recrutement, et ce n’est plus UN candidat lambda qu’elles recherchent mais LE candidat. À cela s’ajoute une autre variable : la plupart des entreprises acceptent de recruter leur perle rare mais mais à l’unique condition qu’il accepte d’être payé en-dessous de sa valeur. Au pire, certaines préfèrent ne pas embaucher.

La personnalité d’abord

Évidemment, les diplômes ne suffisent plus. Au profil, de nombreuses qualités sont attendues : autonomie, ambitieux, force de conviction, connaissance produits, créativité, réactivité, opportuniste. La liste est longue pour satisfaire leurs besoins. Cette manière de fonctionner s’avère contradictoire. Elles recherchent activement de tel profil, mais refusent de former de futurs potentiels.

Métier en constante évolution

L’adaptabilité est également une qualité attendue. Face à un monde qui change et à ses nombreuses évolutions technologiques, il est essentiel de détenir des profils aguerris capables de s’adapter à un nouveau logiciel, à de nouvelles pratiques. Des gains en formation sont en jeu. Une aubaine donc pour la génération Y pour qui les NTIC – et leurs évolutions – appartiennent à leur quotidien.

Des contraintes et des prétentions salariales.

Aux nombreuses contraintes et idées reçues sur le métier, s’ajoute aussi l’exigence des candidats. Leur diplôme leur laisse souvent le choix du secteur dans lequel ils souhaitent évoluer. Si certains cochent le métier de commercial à leur liste de souhait, il n’accepte d’y entrer à l’unique condition que les entreprises y mettent les moyens.

Des formations moins professionnalisantes

La formation professionnelle a aussi sa part de responsabilité. Moins professionnalisante, moins alerte, ou encore moins orienté terrain, les écoles forment sur la théorie là où pourtant l’expérience terrain et la pratique apportent sont reine. L’alternance est le choix de nombreuses entreprises mais combien de profils formés acceptent d’y rester pour y faire leur arme ?


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s