Vers la fin des pages Facebook ?

//www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Fwww.jebosseengrandedistribution.com%2F2014%2F09%2Fvers-la-fin-des-pages-facebook.html&width=450&layout=standard&action=like&show_faces=false&share=true&height=35&appId=346845332102835

!function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0],p=/^http:/.test(d.location)?’http’:’https’;if(!d.getElementById(id)){js=d.createElement(s);js.id=id;js.src=p+’://platform.twitter.com/widgets.js’;fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document, ‘script’, ‘twitter-wjs’);
Vous me connaissez sensible aux réseaux sociaux et aux nouvelles technologies en général, et la relation qu’entreprend la grande distribution avec ces derniers n’échappe pas à ma curiosité.
Il y a 4-5 ans, Facebook écrasait tout sur son passage. Le réseau social était l’outil incontournable pour chacun d’entre nous appartenant à la génération Y. Mais aujourd’hui tout a changé. Facebook a perdu de son prestige et est même devenu l’ennemi des marques, des entreprises et des communitys managers. Nombre d’entreprises ont d’ailleurs perdu foi et n’y voient plus aucun intérêt. En voici les principales raisons : 

Un réseau devenu obsolète

S’inscrire est effectivement devenu trop tard ! L’acquisition de fans est devenu un enjeu financier, plutôt qu’un vrai processus de fidélisation. Les barrières mises en place par Mark Zuckerberg entament le moral des entrepreneurs qui émettent des doutes quant au retour sur investissement.

Une visibilité en chute libre

Autre donnée, la portée des publications s’érode à mesure des calculs mis en place par le Reach organic de Facebook. La portée a en effet été divisé par deux en l’espace d’un an. En moyenne, seul 6% des fans sont touché par une publication. Trop peu. Sans investissement il est aujourd’hui impossible d’exister sur le réseau social.

Les pages Facebook entreprises ne fédèrent plus

Depuis quelque temps, le réseau social cache une face sociétale. Les likes apparaissent sous forme de conviction personnelle. Facebook – et Twitter également – devient une arme pour déverser leurs opinions.

À double tranchant 

Malgré l’énorme potentiel qu’on lui prête, le réseau peut se révéler dangereux. S’il faut 20 ans pour construire une réputation, il en faut pas moins de cinq minutes pour la détruire, dixit Warren Buffett. Les murs Facebook sont en effet devenu de véritables tableaux noirs sur lesquels les internautes n’hésitent pas à afficher leur indignation ou leur colère. Comme dit précédemment, Facebook possède sa face cachée, et celle-ci peut s’avérer douloureuse si la communication est mal maîtrisée.

2014 : l’année du déclin de Facebook

Malgré les apparences, Facebook est en proie aux doutes. Le réseau social n’attire plus. Le caractère trop « grand public », moins intimiste, a fait fuir la cible la plus active sur le web : les adolescents. Ces derniers préférant dès lors se réfugier derrière les Snapchat, ou autre Yo!. Retrouvez également mes autres articles traitant du sujet Facebook




Publicités

Un commentaire

  1. Totalement d'accord avec cet article, et c'est encore plus vrai en 2016.
    Si une page touche 1% de ses fans aujourd'hui c'est déjà bien. Pour espérer toucher plus il faut débourser, et beaucoup trop.
    En limitant autant la portée Facebook est devenu obsolète, laissant place à un contenu à faible niveau qualitatif. Cette arme de guerre est devenue un pistolet en plastique. Vraiment dommage!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s