Il n’y a pas que le prix qui compte !

//www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Fwww.jebosseengrandedistribution.com%2F2014%2F10%2Fil-ny-pas-que-le-prix-qui-compte.html&width=450&layout=standard&action=like&show_faces=false&share=true&height=35&appId=346845332102835
!function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0],p=/^http:/.test(d.location)?’http’:’https’;if(!d.getElementById(id)){js=d.createElement(s);js.id=id;js.src=p+’://platform.twitter.com/widgets.js’;fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document, ‘script’, ‘twitter-wjs’);
La guerre des prix ainsi que les actions de promotion de plus en plus agressives ont rendu le consommateur plus méfiant que par le passé vis-à-vis de la grande distribution. Qualifié de profiteurs, ou encore de voleurs eut égard aux nombreux conflits les opposants avec les producteurs et les multinationales, la grande distribution peine à redorer son image et son rapport aux prix. Alors que les résultats nets sont en deçà des idées reçues, le consommateur est devenu critique à l’égard des prix fixés. C’est en tout cas ce que révèle une étude réalisée par l’ObSoCo.
Les nouvelles technologies ont permis aux consommateurs de comparer intuitivement les produits d’une enseigne à l’autre, et surtout elles leur ont donné un accès illimité à l’information. Comprendre et comparer les prix n’a jamais été aussi aisé que par le passé.
L’étude révèle que le consommateur d’aujourd’hui assimile davantage la notion de la fixation prix, et estime mieux le caractère juste de cette dernière. Ainsi, le prix n’est plus seulement perçu comme un source de profits pour le distributeur. Selon lui, la fixation répond aussi à des critères tels que la qualité, le marketing, la rémunération des salariés et celle de l’enseigne…
L’élément qui ressort le plus de l’étude c’est l’importance du rapport qualité/prix. 90% des consommateurs déclarent porter une attention croissante à la qualité des produits qu’ils achètent. Les critères de goût, d’hygiène et de sécurité, jusqu’à l’origine géographique apparaissent dans les critères d’achats de produits alimentaires. Pour le non-al, la fiabilité devient LE critère.
Le marketing est quant à lui beaucoup moins accepté. Si le consommateur consent à payer un certain prix pour la qualité d’un produit, il n’accepte pas pour autant de payer les coûts liés au marketing. L’exemple ci-dessous explicite ce rejet, mais n’explique pas pour autant les succès des produits qui y sont rattachés (Iphone ou Diesel). 
L’achat d’un produit dépasse donc largement le besoin primaire. Il est aussi la réponse à un symbole, une éthique une conviction qui appartient au consommateur. Cette étude peut être une aubaine pour les marques pour valoriser leur future montée de gamme dans les rayons de l’alimentaire notamment. À condition de fixer le bon prix…
 
Découvrez plus de détails de l’enquête en suivant ce lien.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s