Cumuler les expériences pour mieux choisir après

//www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Fwww.jebosseengrandedistribution.com%2F2014%2F11%2Fcumuler-les-experiences-pour-mieux.html&width=450&layout=standard&action=like&show_faces=false&share=true&height=35&appId=346845332102835
!function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0],p=/^http:/.test(d.location)?’http’:’https’;if(!d.getElementById(id)){js=d.createElement(s);js.id=id;js.src=p+’://platform.twitter.com/widgets.js’;fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document, ‘script’, ‘twitter-wjs’);
Une carrière professionnelle c’est long. Et avec les réformes qui nous attendent, celles-ci devraient encore prendre quelques annuités supplémentaires. Une carrière c’est aussi fait de haut et de bas. Des moments creux comme des moments intenses et riches que peuvent parfois offrir le monde de l’entreprise. Toutefois, à moins d’être un ange, une carrière peut être jalonnée par autant de succès… que d’échecs.
Une étude d’ailleurs vient d’être réalisée. Celle-ci affirme qu’il existe des solutions pour éviter de se retrouver au creux de la vague à un âge où il vous sera plus difficile de la contourner. Pour ceux qui en doutent, l’évolution d’une carrière n’est pas essentiellement verticale. Elle est aussi horizontale. Si peu d’ambitieux ne la considèrent comme telle, l’étude rappelle que cette réflexion doit être toute autre.
Ainsi, il serait d’autant plus judicieux de cumuler les expériences différentes entre 20 et 30 ans, plutôt que de se contenter de ne connaitre qu’une seule et même entreprise, qu’un seul et même secteur d’activité, voire qu’une seule et même entreprise pour les plus fidèles. Si ça pouvait être le cas au siècle dernier, la voie stable n’est plus la seule raison des succès de carrière.

« La carrière commence à 30 ans »

À 20 ans, on ne choisit pas une carrière. On sort tout juste des études. Le diplôme – aussi intéressant soit-il – avec comme seul bagage ouvre finalement peu de voies possibles. Les entreprises se braquent dès lors qu’un candidat prétend à un poste sans expériences. On choisit un métier sans en avoir la certitude que cela puisse plaire. 
Ainsi, l’étude conseille de changer de métier aussi souvent que possible entre ses 20 et 30 ans, et de cumuler les expériences à des fins de mieux se connaître et surtout de découvrir les tâches et fonctions qui correspondent le plus à vos ambitions. Nombreux sont ceux qui à 40 ans se retrouvent enfermés dans un métier, et incapable de rebondir, retenu simplement par le confort d’un salaire dûment acquis. La reconversion s’avère souvent compliquée quand on a fait 20 ans dans une même entreprise.

Expérimenter pour mieux choisir après

A contrario, refuser de voir ailleurs reflète une certaine antipathie, une peur de ne pas vouloir changer. Combien sont ceux qui détestent leur métier mais s’embourbe juste par sécurité, par confort d’avoir un salaire ? L’argent n’a jamais été une source de motivation saine, au contraire de l’apprentissage qui est une source de motivation inépuisable pour chacun.

En soi, varier les expériences constitue sans doute aujourd’hui la meilleure boussole pour réussir sa carrière professionnelle. Varier des expériences et outrepasser ses peurs développe la maturité et la capacité indéniable de prendre du recul. Cela requiert une habileté, développe l’adaptabilité et l’esprit. Et vous qu’en pensez-vous ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s