Les jeunes bouderaient-ils l’entreprise ?

//www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Fwww.jebosseengrandedistribution.com%2F2015%2F01%2Fles-jeunes-bouderaient-ils-lentreprise.html&width=450&layout=standard&action=like&show_faces=false&share=true&height=35&appId=346845332102835
!function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0],p=/^http:/.test(d.location)?’http’:’https’;if(!d.getElementById(id)){js=d.createElement(s);js.id=id;js.src=p+’://platform.twitter.com/widgets.js’;fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document, ‘script’, ‘twitter-wjs’);

C’est une déferlante qui devrait atteindre les entreprises de demain. Pire ! Un cataclysme. Cet évènement, initié par les jeunes, en d’autres termes la génération Z, risque de casser les codes de l’entreprise, qui jusque-là avait réussi à contrecarrer la génération Y.
On s’en souvient. La génération Y faisait craindre leurs aînés. Réputée insouciante, engagée ou comme refusant la hiérarchie, cette dernière s’est rangée parmi les actifs. La génération Z, elle – née donc après 1995 – se contente pour le moment d’un simple stage de 3ème comme expérience professionnelle, mais selon une enquête, le constat dressé par cette génération est rude. Par ordre croissant de termes cités, cette génération qualifie l’entreprise de « dur, compliqué, difficile, impitoyable, ennuyant, triste et hostile ». De quoi donner des poussés d’urticaires à nos patrons et quelques sueurs froides aux managers.

Un détournement qui existe mais qui en définitive n’est pas total. À l’instar de la génération Y, les entreprises avaient adapté leur management en intégrant davantage d’autonomie et de responsabilité. Pour la génération Z, les besoins obligeront encore les entreprises à s’adapter. Ces « jeunes » veulent s’amuser, refusent l’ennui, de la confiance, de l’écoute, et croient en l’entreprise comme un lieu d’épanouissement individuel et collectif.

La grande distribution ne retient plus les jeunes

Le désir d’entreprendre et créer leur propre emploi est également très fort aussi chez cette génération. Rejoindre une start-up et monter un projet un de A à Z au péril de ne pas se dégager de salaire ne les effraye guère. Pour une génération qui place l’école au même niveau qu’un tuto YouTube ou un Mooc, il n’y a rien d’étonnant que ceux-ci cherchent à voler de leurs propres ailes.

Et la grande distribution alors ? Le secteur ne devrait pas être en reste. L’univers impitoyable des rayons de la grande distribution devrait difficilement retenir ces jeunes en quête d’autonomie et d’indépendance. Alors que la créativité et l’impatience les caractérisent, il est fort à parier que ces derniers se détourneront du cadre parfois très rigide qu’impose le rythme de ce secteur d’activité.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s