[Témoignage] Moi, manager de rayon et blogueur

Vous connaissez le blog, mais connaissez-vous celui qui se cache derrière ? Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler de moi et de mon expérience… Je vous réserve une petite surprise sur la fin.

À 19 ans, de l’errance au BTS MUC

À 19 ans, le bac avec mention en poche, j’ai vite dû rompre avec toute idée de poursuivre les études. Issu d’un milieu très modeste, les difficultés financières et la précarité étaient ce qui m’attendait à la sortie de l’école. Entre recherche d’un logement, le besoin d’une voiture, les « sorties sociales » liés à la vie étudiante, les études m’étaient impossibles. J’ai tracé un début de route à travers les agences intérim à la recherche d’un « boulot ». Initialement prévu pour me financer des études à la rentrée d’après, ce parcours a tout de même duré 2 ans. 
2 années plus tard, le compte en banque un peu plus fourni, j’ai jeté mon dévolu sur un BTS MUC en alternance, un moyen utile de gagner « un peu » sa vie et d’obtenir un diplôme. Pas de projet professionnel réel en tête, je voulais simplement retrouver les bancs de l’école et obtenir une formation valorisante. C’est un Super U dans le Finistère Nord qui m’a ouvert ses portes. 2 années très riches en apprentissage. Je me suis découvert une passion pour ce métier et mon avenir s’est éclaircie. Véritable touche-à-tout, mes missions tournaient autour des rayons secs (animation, réimplantation), mais déjà aussi à tout l’aspect communication : partenariat avec une webTv, création d’affiches, personnalisation du site web, création page Facebook, etc… Mon côté entrepreneur convainquait déjà et la liberté des indépendants était idéale pour mon épanouissement.
S’en est suivi une troisième année dans le même magasin pour effectuer en alternance une Licence Pro Commerce. J’ai participé de près à l’agrandissement du magasin. Une vraie opportunité. J’ai aussi assisté aux prémices du Drive en picking. À l’époque, on ignorait totalement le devenir de ce service, mais comme disait mon patron : « Il faut y être ! ».

Premières responsabilités de manager de rayon… et création du blog

La fin de mon année Licence approchait. Malgré ma volonté de continuer les études, financièrement, il m’était impossible de poursuivre sans que cela n’engendre de frais important. Alors, suffisamment satisfait de mon parcours (car oui je revenais de loin), j’ai entrepris, comme motivé par une forte soif d’apprendre, la création d’un blog, celui que vous connaissez aujourd’hui : jebosseengrandedistribution.com. Il a depuis bien évolué.
Né de ma curiosité, de ma volonté de partager mon expérience dans un secteur très opaque et de me faire une veille sur la grande distribution, le blog a rapidement su trouver son public, et ce à ma plus grande surprise. Dans l’année, j’ai répondu à quelques interviews pour des blogs emplois et mon initiative avait fait l’objet d’un article au sein d’un magazine spécialisé. Au début, pas convaincu du nom « je bosse » que je trouvais familier, ce dernier s’est révélé être un atout : le terme avait une connotation « terrain » et surtout il se retient très facilement ! Chaque semaine, j’enrichis le blog : je me fixe un cap de 2 à 3 articles par semaine (plus de 400 aujourd’hui). Cette activité devient rapidement chronophage : environ 10h par semaine.
Article au sein d’un magazine spécialisé

J’ai poursuivi mon expérience en restant un an dans ce même magasin dans le Finistère Nord – celui qui m’a donné ma chance – en qualité de d’adjoint ELDPH. À l’époque, Carrefour effectuait son opération dégraissage et plusieurs anciens cadres de l’enseigne se sont retrouvé chez les indépendants. Un d’entre eux est devenu collègue. J’ai tellement détesté sa vision du commerce que j’ai souhaité partir.
J’ai quitté la Bretagne pour la Charente-Maritime, et Système U pour E.Leclerc. J’ai évolué pendant 2 ans avec des responsabilités sur le secteur PGC. Cette enseigne s’est avéré être une très bonne école. J’ai pu gérer un commerce de A à Z : animation d’équipe, gestion des rayons, des prix, des implantations, etc, tout en conservant la liberté des enseignes indépendantes. Le contexte charentais et sa proximité avec les vignes de Bordeaux était aussi l’occasion idéale pour parfaire mes connaissances sur le vin. L’oenologie est rapidement devenu une passion.

La grande distribution et ses travers.

Parallèlement, le blog poursuit son évolution. Comme une petite entreprise, celui-ci grandit et la croissance de visiteurs augmente de mois en mois. De réflexion en réflexion, j’ai orienté mon contenu entre des analyses, de l’actualité, des articles insolites, des billets d’humeur, des infographies. J’ai notamment été un des premiers à initier des réflexions sur le virage digital des enseignes alimentaires (l’article ici).L’une d’elles a fait l’objet d’une dépêche AFP et parcouru la toile. Il m’aura fallu 2 ans seulement pour changer de statut sur le web. Ainsi, de blogueur amateur à influenceur, les sollicitations suivent : j’ai notamment pu élargir mon réseau, réaliser une interview radio, reçu de nombreuses invitations à des conférences de presse, des invitations pour des salons, etc. 
Mais ma position de blogueur a aussi ses torts. Malgré la reconnaissance de mon PDG et mes bons résultats, mon chef de secteur et mon directeur « novice » voient d’un très mauvais oeil ma notoriété grandissante. Leur orgueil prend un sacré coup. Mon esprit entrepreneur, ma sincérité et ma volonté à faire bouger les lignes ont mis la pagaille dans leur esprit. Plutôt que de me concevoir comme une force, ils me mettent rapidement la pression. Comme convaincu de devoir me battre, il a fallu s’accrocher. Enfin surtout eux. Je vous épargne les détails. Résultat : le directeur est allé voir ailleurs, plusieurs managers ont quitté l’entreprise, laissant mon chef de département esseulé. Faute de n’avoir de perspectives d’évolution à court terme, j’ai souhaité tracer ma route ailleurs. 
J’ai quitté ensuite E.Leclerc pour revenir dans un Hyper U en Bretagne. 7 mois dans l’entreprise, un gros travail de fond, un stock remis à jour, une équipe soudée, des initiatives à-tout-va et puis basta. 
Au final, j’ai passé 8 années dans la grande distribution. Je retiens que ce secteur m’a fait grandir : l’humain, la solidarité, l’esprit d’équipe, le sens des responsabilités, le sens des initiatives sont des valeurs fortes dans ce secteur. Le management a été pour moi un formidable révélateur. Toutefois, je retiens aussi d’autres aspects : les coups bas, la pression, les tensions, les égos démesurés, les manipulations, les rumeurs de couloirs, les commérages, les promesses, les belles paroles, etc. Car la grande distribution a aussi ses travers.

Des portes insoupçonnées.

Le blog a trouvé sa place dans le secteur. 10 000 visiteurs en moyenne chaque mois fréquentent les articles et une forte communauté sur les réseaux sociaux s’est développé. Je retiens aussi du blogging qu’il s’agit d’un travail de longue haleine qui requiert des qualités qu’on n’apprend pas sur les bancs de l’école. De la persévérance, pour écrire chaque semaine de nouveaux articles. De la patience, pour attirer de nouveaux lecteurs. De la passion, pour pouvoir en parler et proposer un contenu varié et pertinent. Des qualités inhérentes d’écritures, car c’est aussi de là d’où provient son succès.

Des visiteurs de toute la France

Autodidacte et entrepreneur, ma curiosité m’a poussé involontairement à développer des compétences aujourd’hui recherchées. Dans la transformation digitale et numérique, les entreprises sont dans l’obligation d’aller chercher des profils appartenant aux digitales natives. Le social media, le webmarketing, le blogging, le référencement, entre autres, sont autant d’atouts qui complètent mon parcours et qui me permettent de me positionner en toute crédibilité et légitimité.
Passé premièrement pour une start-up sur Saint Malo qui m’a permis de mettre un pied dans le milieu du web, une opportunité absolument folle s’ouvre à moi aujourd’hui. À 28 ans, je vais découvrir les arcanes de la stratégie digitale et le monde passionnant de la presse et du numérique. En définitive, ce blog m’a ouvert des portes insoupçonnées, que je n’aurai pas imaginées il y a 4 ans.
Je conclurai mon témoignage en disant que seul le travail paie et qu’il ne faut jamais rien lâcher. Dans votre carrière, vous allez devoir, tôt ou tard, rendre des comptes. Il est nécessaire de travailler sans relâche et de ne jamais baisser les bras. Rappelez-vous sans cesse d’où vous venez. Soyez optimiste dans tout ce que vous entreprenez. Soyez honnête et juste avec les autres. Persévérez et n’ayez surtout pas peur d’appendre.

———————–——————————–Ma surprise————-——————-——————–
———————————————–Évolution des bannières ——————————————–

Les bannières d’un blog sont très importantes. Elles sont aussi le symbole de l’évolution du blog. Et vous, vous préférez laquelle ?

1. Première bannière : avec quelques logos

2. Retrait du caddie et création d’un logo pour le blog

3. Les petits logos passent au-dessus d’un titre agrandit
4. Là j’ai mis 2 traits pour faire joli. Bof.
5. Là j’ai découvert la transparence sur Photoshop.
6. Tendance design : simple et épuré.
7. Le blog devient collaboratif. Simple et épuré aussi.
  


Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s