Les nouvelles générations face à l’obsolescence des compétences

Souvent, j’ai pu évoquer les difficultés des entreprises à recruter au sein des nouvelles générations et mis en lumière le désespoir des jeunes face au monde du travail contre lequel ils doivent se battre pour se faire une place. Souvent, j’ai pu confronter les différences de comportement, de manière de penser entre les générations X, Y, voire même Z. Et souvent aussi, j’ai pu démontrer l’incompréhension de certains dirigeants et leur faculté à vouloir systématiquement calquer leur monde sur ceux des plus jeunes.

Génération sacrifiée ou génération d’incapables, la génération Y n’a jamais manqué de superlatifs dans sa description. Elle, qui jadis avait le visage et des rêves d’enfants, a surtout été scruté par ses aînés pour son comportement, ses aspirations et surtout pour sa volonté de vouloir changer un monde qui n’était en définitive pas encore prêt à l’accueillir : bref, une génération massive, ambitieuse qui représente aujourd’hui pas moins de 50% de la population mondiale et qui n’a pas fini de faire couler beaucoup d’encre.
Quelques années après, la voici immergée dans le monde de l’entreprise et enfin face à ses propres responsabilités. Nombre d’entre eux occupe aujourd’hui des fonctions décisionnelles, certains sont mêmes ministres (!), si tant est que nous puissions les incorporer dans cette génération.
Les temps ont changé. La génération Y a semble-t-il changer les codes du monde du travail. Plus questions désormais d’être fidèle, loyal ou respectueux envers son employeur. Plus question de trop donner de son temps. Plus question non plus de faire des sacrifices pour mener l’entreprise sur la voie du succès. Alors qu’autrefois le travail était une chance, il est dorénavant une escale jusqu’à plus soif.
Du pourquoi au comment, cette génération a installé de nouveaux codes auxquels les entreprises actuelles ne peuvent plus renoncer. Enfant de la précarité et considérant être né dans un monde en déclin, la génération Y ne cesse de renforcer sa volonté d’indépendance, eux qui ont souvent été bercé par la quête de stabilité initiée par leurs aînés.
Mais à peine installée, voici qu’on annonce une nouvelle déferlante pleine d’insouciance sur le monde qui l’attend. Cette génération c’est la génération Z, un clone de leur prédécesseur mais puissance 10. Le smartphone devient une extension de soi. Le numérique est omniprésent, pour ne pas dire vital. Elle s’informe sur les réseaux sociaux ; communique via des messages éphémères ; a un don particulier pour la maîtrise de leur image et par-dessus tout, fait bouger les images des quotidiens papiers du bout de leur index. 
Cette génération a tout pour faire grincer des dents les employeurs. L’entreprise est un lieu à éviter, une « jungle » même. C’est elle qui occupera dans 5 ou 10 ans des métiers qui n’existent pas encore. Bref. 
Bien loin de ce que représente le salariat, cette génération d’indépendants a la fibre entrepreneuriale et rêve d’être son propre patron. La tendance s’est inversée. Ce n’est plus l’employeur qui offre une opportunité de travail : c’est LE candidat qui offre ses compétences. Le candidat devient client d’une entreprise, sans aucun scrupule pour rompre le contrat.
Car au fond, il est là le vrai changement. Le numérique a bouleversé nos vies comme il continuera de changer le monde de l’entreprise, et tant pis pour l’économie et les statistiques du chômage. Assurément, il faut réécrire l’Histoire avec de nouvelles aspirations. Il faut repenser l’école et préparer les nouvelles générations à l’obsolescence des compétences. Chaque nouvelle étape de la vie de cette génération sera comme le contenu avec lequel il communique aujourd’hui : éphémère.



Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s